Accueil > Actualités du projet > Revue de Presse > Comment faire partie du réseau

Dans le cadre des projets que nous menons dans le domaine de la protection de l’enfance à l’international et au Maroc, nous avons activé un processus de recherche/action sur la thématique spécifique du renforcement des acteurs associatifs et institutionnels en matières d’approche-droit, de management organisationnel, de gestion de projets et de techniques pédagogiques innovantes. Les acteurs désireux d’accéder à l’espace collaboratif de la plateforme sont invités à nous contacter afin de présenter l’une de leurs expériences à travers une grille de lecture de «bonne pratique» définie par CISS et ses partenaires.

Durant les premières années du projet localisé à Casablanca (Maroc), mené en partenariat avec Bayti, CISS et ses partenaires dans le monde se sont rencontrés à plusieurs reprises afin d’adopter une définition commune du concept d'enfance en difficulté. L'analyse des différents contextes effectués nous a démontré la nécessité de structurer un réseau transnational de la protection de l’enfance.

La mise en vie de ce réseau vise le renforcement des capacités techniques des associations locales et des partenaires étatiques ainsi que la mise en place d’une dynamique de capitalisation et d’échange d’expériences. En effet, par l’animation de ce réseau via l’outil plateforme web, CISS veut appuyer les associations et la réflexion collective, le travail en réseaux pour une prise en compte effective des spécificités de l’exclusion de l'enfance dans l’intervention de l’Etat. La capitalisation de l’expérience pour la diffusion d’un modèle de «bonne pratique» selon une grille de lecture commune renvoie aussi à l’ambition de répliquer des expériences dans d’autres zones au niveau national et/ou international.

La capitalisation des connaissances/expériences est un processus dont l’objet est de constituer un capital à partir des connaissances/expériences afin de les valoriser par leur mise à disposition auprès d’autres institutions ou acteurs. Elle est conçue pour que l’expérience de chacun ne reste pas confinée au niveau individuel, mais sert le collectif dans un mouvement de partage des connaissances, ce qui lui confère un aspect participatif dans son déroulement. La préservation et la transmission de l’expérience et des savoirs acquis facilitent la mise en œuvre de nouveaux projets ou la conduite de nouvelles actions. Une «bonne pratique» peut être définie comme une action exemplaire qui peut servir de modèle ou de source d’inspiration pour d’autres actions semblables, en particulier dans le domaine du développement humain. Détecter les «bonnes pratiques» ne doit pas nous amener à une réponse standard alors que le débat est très complexe et très riche. A noter que la «bonne pratique» ne prétend pas donner la solution unique et idéale à un type de problèmes. Elle constitue une réponse apportée à une situation particulière qui s’est révélée satisfaisante dans des conditions données.

Nous avons donc élaboré un document de référence sur les indicateurs de la protection de l’enfance dans le but de réaliser un recueil des «pratiques fonctionnelles» en la matière. Au Maroc, des structures et des experts ont été identifiés en mobilisant les réseaux associatifs déjà existants dans le champ de la prise en charge de l’enfance en difficulté, pour définir le concept de «protection de l'enfance» et celui de «pratiques fonctionnelles». Le document final nous a permis de réaliser des études de cas, sur les intervenants qui souhaitent faire partie du réseau transnational.

 

Pour participer activement au travail des membres de la plateforme, et contribuer à l'oeuvre de partage des bonnes pratiques, contactez-nous à l'adresse mail Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.